Nouveautés

Actualité: Le sou noir se met à table

Actualité: Le sou noir se met à table


VALLEYFIELD – Yannick Ménard a trouvé une façon originale de réutiliser les sous noirs retirés du marché. Il a construit une table et une tablette de foyer entièrement recouverts de ces petites pièces en cuivre.

Le sou noir est mort, vive le sou ! Surtout pour Yannick Ménard qui a trouvé une façon originale de redonner vie à ces pièces. Le Campivallensien a construit une table entièrement recouverte de cennes.

Son œuvre artisanale entreprise l’an dernier vient tout juste d’être complétée. Environ 300 heures de travail en dilettante, mais surtout 9058 sous noirs polis et installés de façon précise. «Je n’ai pas de femme ni d’enfant alors c’est ce que j’ai fait de mes soirs», résume celui qui est entrepreneur général de métier.

Quand la monnaie royale canadienne a décidé de retirer les pièces d’un sou du marché, il a décidé de les ramasser. «Tu ne peux pas transformer une monnaie qui appartient en quelque sorte à la Reine ou la mettre hors d’état de service. Mais en les enlevant du marché, on peut faire ce que l’on veut avec», a-t-il indiqué.

Après avoir vu trois gars sur Internet qui ont recouvert leur plancher de cuisine avec ces pièces, l’artisan a décidé d’opter pour une construction qui ne serait pas fixée de façon permanente.

«La personne qui va l’acquérir va pouvoir le garder. C’est une façon d’immortaliser une pièce de monnaie qui va peut-être valoir quelque chose dans 35 ou 40 ans», mentionne M. Ménard.

En plus de la table, il a conçu une tablette de foyer recouverte de 2098 pièces. Particularité, elles sont toutes placées de façon à ce que la feuille d’érable soit visible.

Table robuste

Yannick Ménard a traversé plusieurs étapes dans la conception. Il devait s’assurer que la table soit construite afin de pouvoir absorber le poids des pièces, mais également s’assurer que les sous demeurent le plus brillant possible.

La table a donc été fabriquée à partir de MDF et solidifiée avec des fers angles, de l’aluminium et de la céramique. Après avoir appliqué un coulis à céramique entre les sous, 18 couches de vernis à l’huile ont été nécessaires pour donner un fini lustré au meuble.

«La table est solide et rigide et ne déformera jamais. La finition assure aucun effritement ou ternissement», indique-t-il.

En tout, ces deux œuvres représentent 113,56 $ de sous noirs. N’aurait-il pas préféré un bon repas au restaurant à la place ? «Pourquoi pas ne pas en tirer un bon véhicule pour aller au restaurant à la place ?», a-t-il suggéré.

Deux encanteurs ont été incapables d’évaluer la valeur des œuvres puisqu’ils n’ont rien trouvé de semblable pour comparer.

La table et la tablette sont sur le site de vente en ligne Kijiji depuis lundi. Des centaines de curieux ont visité la page et deux offres ont été déposées.

À la recherche de matière première

Yannick Ménard a encore des projets en tête. Il conçoit en ce moment un tabouret et il a même des idées de table ou cadre auquel un ami tatoueur pourrait participer.

L’artisan conserve les sous noirs, mais comme ils ne sont plus en circulation, il craint de manquer de matière première.

Donc, ceux qui ont des sous à vendre ou qui désirent faire une offre pour les œuvres peuvent contacter Yannick Ménard au 450 288-2091.

Source: Le Soleil de Valleyfield





Aucun commentaire

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*